Préparer une palette humide à ma façon.

Modeste peintre de figurines depuis des années, j’avais depuis longtemps entendu parler de la technique de la palette humide et des avantages majeurs quelle semblait présenter sur son équivalent traditionnel.

Sans jamais passer le cap !!!

Intimidé à tort par cette technique que j’imaginais réservée aux meilleurs peintres.

Récemment, à la faveur d’échanges d’astuces de peinture avec un membre de mon club, et alors que je peinais à  peindre les 49 figurines d’une armée carolingienne pour saga, la nécessité d’expérimenter cette technique a finalement germé dans mon esprit pour ne plus le quitter.

Après une première tentative infructueuse, en persévérant, j’ai finalement réussi à réaliser une version acceptable de la palette humide et pu immédiatement apprécier le bénéfice de cette technique.

Aujourd’hui, au travers de ce tutoriel, j’espère vous faire profiter de ma modeste expérience.


Avant tout, pour ceux qui ne le sauraient pas, je précise que le principe de la palette humide est de maintenir la peinture fluide par apport constant en eau.

Ce procédé  évite ainsi aux mélanges de couleurs de sècher entre deux sessions de peinture. Ce qui constitue à la fois une économie et un gain de temps.

Surtout quand comme moi on peine toujours à retrouver les proportions de teintes utilisées pour réaliser ses couleurs.


LES ETAPES DE LA FABRICATION

 1. Pour commencer, il vous faut trouver un support étanche et creux pouvant servir de récipient.

ImageAstuce: Sur la photo j’ai utilisé comme support une barquette alimentaire en plastique. Dimensions 23×15 cm. Profondeur 1cm.

2. Nettoyer soigneusement votre récipient avec du produit à vaisselle dégraissant pour éviter que son ancien contenu ne vienne polluer l’eau de votre future palette. (huile et graisses en particulier)

Image

Astuce: une photo pour ceux qui n’ont jamais fait la vaisselle. Réalisé sans trucage.

3. Récupérer un carré d’éponge végétale et le découper aux dimensions intérieures de votre support. 

Image

Image

4. Imbiber d’eau l’éponge jusqu’à absorption maximale. Vider le surplus.

Image

Astuce: Pour savoir si vous avez mis assez de liquide, appuyez légèrement sur l’éponge. L’eau affleure immédiatement et remplit la cavité.

5. Récupérer du papier de cuisson, aussi appelé papier sulfurisé, et en  découper une feuille aux dimensions de l’éponge.

Image

Astuce: La qualité du papier est importante pour sa résistance mécanique aux passages du pinceau. Faites des essais.

Image

Astuce: Une fois imbibé d’eau, n’hésitez pas à repositionner votre papier sulfurisé pour obtenir une surface de travail lisse.

Image

Votre palette humide est prête à recevoir la peinture !!!

6. Quand votre session de peinture est terminée, recouvrez votre palette d’un film étirable bien tendu et placez la dans un endroit frais (frigo, cave, etc…)

Image

Astuce: Tendre le fim étirable évite à la peinture d’y adhérer. Pas comme sur cette photo. Les aléas du direct.


Voilà!!!… En espérant avoir été clair dans mes explications.

En essayant à votre tour vous vous rendrez vite compte que tant que vous respectez les grandes étapes, vous pouvez faire varier les matériaux utilisés et obtenir d’aussi bons voire de meilleurs résultats.

Tout est affaire de goût.

Publicités
Cet article, publié dans Tutoriel, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s